mercredi 24 février 2016

1997 Lac Léman

Dimanche 22 juin 1997

6h30 : rassemblement sur la place devant la Poste de Beaufort (Jura) où j’habite depuis décembre 1995 et où je travaille comme chef d’établissement.
Départ pour un voyage en autocar vers le lac Léman, organisé par le club LAAC (Loisirs, Activités, Animation, Culture), une association locale de Beaufort dont je fais partie. C’est une journée pour les adhérents de l’association et les jeunes du club de la nature, avec quelques habitants de Beaufort.
Nous entrons en SUISSE au poste-frontière de La Cure, dans le Haut Jura.
Descente sur Nyon, au bord du lac Léman. Nous y faisons un arrêt pour prendre un petit déjeuner. Les parapluies sont de sortie…
Nous longeons ensuite la rive nord du lac par l’autoroute, contournant Lausanne.

Nous atteignons à 9h30 Vevey, dans le canton de Vaud, au bord du lac, sur la Riviera vaudoise et au pied des Préalpes. On s’embarque pour une croisière en bateau jusqu'à Chillon, à l’extrémité orientale du lac. La brume se lève et le soleil apparaît.


A midi, nous pique-niquons à Chillon sur un muret au bord du lac, avec un repas sorti du sac.
Après une balade dans les ruelles de la ville, nous allons visiter le château.
Successivement occupé par la maison de Savoie puis par les Bernois dès 1536 jusqu'en 1798, il appartient désormais à l'État de Vaud et il est classé comme monument historique.
Le château de Chillon est construit sur un rocher ovale en calcaire avançant dans le lac Léman, avec d'un côté un versant escarpé et de l'autre côté le lac et son fond abrupt. L'endroit est stratégique : il ferme le passage entre la Riviera vaudoise (accès au nord vers l'Allemagne et la France) et la plaine du Rhône qui permet d'atteindre rapidement l'Italie. De plus, le lieu offre un excellent point de vue sur la côte savoyarde qui fait face.
La visite guidée donne une bonne vision de l'architecture féodale. Chaque salle dévoile une partie de l'histoire du château. Il y a tellement de salles, de couloirs, de cours, de fenêtres, de coffres, de meubles, de...  Le château abrite de superbes collections (étains, armes) et un beau mobilier.
Quelques jeunes font un peu de bruit pendant la visite. La personne qui nous guide prend un air pincé et menace d’appeler la police. Car nous sommes en Suisse !

Nous retrouvons le car, qui nous mène à Blonay. De là, nous empruntons le petit train à vapeur de Blonay à Chamby.
Lors de la fermeture en 1966 de la liaison ferroviaire Blonay-Chamby, une équipe de passionnés a décidé de créer une ligne de chemin de fer touristique à vapeur, sur le modèle de ce qui se faisait déjà en Angleterre. En 1968 circula le premier train à vapeur exploité par les bénévoles. Avec l'arrivée de nombreux matériels à préserver, un dépôt-musée fut construit en 1973. Actuellement le Blonay-Chamby est devenu un chemin de fer-musée toujours exploité par les bénévoles.
Le trajet est impressionnant, qui emprunte l’imposant viaduc de la Baye de Clarens. Le petit train s’élève lentement au flanc de la montagne.
On s’arrête au musée du chemin de fer. Le musée, c'est une collection de plus de 60 véhicules construits entre 1882 et 1927. Ces véhicules sont restaurés pour circuler sur les 3 km de ligne de montagne entre Blonay et Chamby de mai à octobre, les samedis et dimanches. 


L’autocar nous attend à Blonay. C’est maintenant le trajet de retour par la rive sud du lac.
Nous entrons en France à la frontière de Saint-Gingolph (Haute-Savoie).  Nous passons par Genève et le col de la Faucille. Arrivés aux Rousses (Jura) sous la pluie, nous faisons un arrêt dans un bistro pour prendre une collation. L’autocar arrive à Beaufort vers 21h30. 


*****

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire